Le travail m’a sauvée !

Avec Gertrude de Clair&Net

Pendant les trente mois qu’ont duré les travaux, Gertrude est venue tous les jours à la Maison du projet du Village Olympique et Paralympique. Avec l’impression de partager en avant-première les préparatifs du grand événement. Gertrude travaille pour Clair&Net, entreprise d’insertion et d’éco-propreté lauréate de l’appel d’offres lancé par la SOLIDEO (Société de livraison des ouvrages olympiques) pour le nettoyage et la maintenance d’une partie des infrastructures olympiques et paralympiques.

Créée en 1997, l’entreprise qui emploie une trentaine de salarié·e·s en insertion est née au cœur de la Goutte-d’Or, à Paris, avec l’embauche de jeunes du quartier pour nettoyer les cabines téléphoniques. Sociétés, associations, collectivités locales : son champ d’intervention s’est élargi, mais elle reste fidèle à son projet social initial, accompagner vers l’emploi durable des personnes qui avaient du mal à trouver du travail. Sa priorité : privilégier l’autonomie de ses salarié·e·s – des cours de langue, une formation numérique leur sont proposés – mais aussi bousculer les habitudes de l’univers du nettoyage en instaurant un travail de jour. Et le travail en journée. « Ça change tout ! », explique Gertrude. Maman de huit enfants dont un fils handicapé mental Gertrude a quitté Haïti en 1998. Sa demande de droit d’asile rejeté, elle multiplie les petits boulots et vit en foyer.

L’obtention de sa carte de séjour en 2006 lui permet d’avoir enfin cette assise professionnelle à laquelle elle aspire par-dessus tout. « Le travail, c’est ce qui m’a sauvée », répète souvent celle qui met un point d’honneur à « toujours faire le mieux possible : quoi qu’on fasse, il faut le faire parfaitement : peut-être est-ce pour cela que mes employeurs ont toujours voulu me garder ! » Sa rencontre en 2018 avec Clair&Net est déterminante. « Je me suis dit : maintenant tu ne vas plus avoir besoin de voir des assistantes sociales, tu laisses ta place à d’autres. »

Engagée en parcours d’insertion, Gertrude encadre aujourd’hui une équipe technique de 20 personnes. « J’explique à ces femmes dont beaucoup vivent en foyer avec leurs enfants qu’être aidé, c’est bien mais que travailler, c’est ce qui peut changer une vie. » Son rêve ? « Voir mes enfants réussir dans ce pays pour aider la société. » Rêve en passe de devenir réalité : ingénieur, designer auto : ses aînés ont fait de beaux parcours et les plus jeunes suivent leur sillage !